Winterhalter, peintre officiel

D'origine allemande, Winterhalter s'installa à Paris en 1834 et devint le peintre favori de nombreuses cours européennes dont celle de la reine Victoria et du Prince Albert, de François-Joseph et Elisabeth d'Autriche, du roi Louis-Philippe, puis ensuite de l'Impératrice Eugénie et de Napoléon III.
 



Détail du tableau l'Impératrice entourée de ses dames d'honneur

 

Il fut le portraitiste attitré et adulé de la plupart des cours européennes et sut offrir une image élégante et séduisante de ses modèles.

Toujours très réaliste, il réalisa un grand nombre de portraits de l'Impératrice Eugénie.
 



Le décaméron, ou l'Impératrice Eugénie entourée de ses dames d'honneur
par Franz-Xavier Winterhaler (Musée du Second Empire, Compiègne)


Les portraits ci dessous sont réalisés en 1853 par Winterhalter : il s'agit des premiers portraits officiels de l'Empereur et de la jeune impératrice, qui a épousé le 30 janvier de la même année Napoléon III. Eugénie de Guzman, comtesse de Teba et de Montijo (1826-1920), fille d'un grand d'Espagne qui avait combattu pour les français en 1807, rencontre Napoléon III dans les salons de la Princesse Mathilde Bonaparte, alors qu'il est Président de la République française.

Belle, élégante, elle enchante le Prince-Président, qui l'épouse malgré l'avis contraire de ses conseillers. Franz-Xavier Winterhalter exécute ce portrait en même temps que celui de Napoléon III. Les deux tableaux plaisent au couple impérial - Eugénie est particulièrement enthousiaste du sien - à tel point qu'ils sont présentés à l'exposition universelle de Paris en 1855 et qu'ils permettent à l'artiste d'être nommé peintre officiel de la cour de Napoléon III.

En revanche, la peinture de Winterhalter fut mal accueillie par les critique de l'époque, qui la jugèrent vulgaire, tout en reconnaissant que "... de tout peintre Winterhaler est le seul qui nous ait donné une image ressemblante de Sa Majesté l'Impératrice...".

Eugénie est représentée en grand costume, devant le trône, sa couronne posée sur un pouf ; à l'arrière plan, au delà d'une large tenture, on entrevoit une partie du palais des tuileries.



 

D'autres représentations d'Eugénie par Winterhalter
 

  

     

 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site