Les photographie de Napoleon III

Avec le règne de Napoléon arrive un nouvel art qui en devenant outils de communcation moderne devient aussi un moyen de propagande en faveur du régime : La photographie.
 
         

Un nouvel outil pour le régime impérial : la photographie rend les souverains accessibles et populaires

En 1860, Paris compte 207 photographes parmi lesquels Disdéri dont le studio emploie 90 personnes et réalise chaque jour plus de 2 000 épreuves. Cet essor de la photographie doit être relié à celui des classes moyennes désireuses de prendre modèle sur les classes supérieures. Plus abordable qu’un portrait peint, la photographie suscite l’engouement de nombreuses personnes éprises de respectabilité et soucieuses d’asseoir leur statut social.

En même temps le régime impérial profite de cette nouvelle technique pour se rendre plus populaire auprès des Français. Contrairement à un tableau officiel empreint de solennité, une photographie comme celles-ci donne l’image d’une cour moins cérémonieuse, à laquelle il est davantage possible de s’identifier. Pour Napoléon III, il y a là un moyen de paraître plus proche au plus grand nombre et de susciter de l’attachement à sa personne, démarche qui s’inscrit pleinement dans le césarisme plébiscitaire qu’est le bonapartisme.

Passionné par cette nouvelle méthode de représentation Napoléon III commande et possède une gigantesque collection de photographies sur les thèmes les plus hétéroclites. De nombreux albums se trouvaient dans les résidences impériales.
 

  



   

Les couvertures en cuir des albums photo de Napoléon III aux armes de l'Empire. Destinés à recevoir les photographies de l'impériale collection, ces albums sont les témoins de l'intérêt que le souverain portait à ce nouveau procédé.




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site