L'érotisme Second Empire

Jean-Jacques Pauvert

 

 

Carrere - 1985


Discuté, discutable sur le plan politique, le second Empire aura constitué un véritable monument d'hypocrisie morale, parfaitement symbolisé par les procès Baudelaire (condamné) et Flaubert (acquitté) de 1857.
Tandis que les jouisseurs du monde entier viennent à Paris s'en " fourrer jusque-là ", que les bordels prolifèrent, les tribunaux condamnent à tour de bras, on censure les tableaux de Courbet et les réimpressions de Faublas. Parallèlement, à l'instar d'un empereur au priapisme réputé, la bonne société voit fleurir clandestinement des chefs-d'œuvre d'obscénité. On en trouvera ici cinq exemples remarquables : les Folies amoureuses dune impératrice, anonyme aux étourdissantes inventions, L'Art priapique, également anonyme, les fameuses Lettres à la Présidente de Théophile Gautier, réimprimées ici intégralement pour la première fois depuis quarante ans, H. B., que Prosper Mérimée composa en secret à la mémoire de son ami Stendhal et qui fit scandale, et La Badinguette, chanson à laquelle peut-être Henri Rochefort mit-il la main. Délectable et instructive compilation, pour enrichir votre bibliothèque...

 

Retour bibliographie 2

 



Créer un site
Créer un site